a

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget.

242 Wythe Ave #4, Brooklyn, NY 11249
1-090-1197-9528
office@ourbusiness.com

Pixel & Béchamel

La retouche photo c’est normal et nécessaire

La retouche photo c’est normal et nécessaire

Pour un photographe, la retouche photo est une étape tout à fait naturelle du processus de création. Pour un novice, la retouche photo inspire la méfiance, car elle sous-entend une manipulation voire une trahison. Dit plus crûment, le non initié pourrait penser que le photographe a besoin de « transformer » ses photos, car il ne serait pas capable de réussir une bonne photo du premier coup.

 

Évidemment, la réalité est à des années-lumière de cette idée. La photographie moderne implique l’utilisation d’appareils photo numériques qui proposent d’eux-mêmes une interprétation de l’image qu’ils ont captée. Parce que cette interprétation est presque systématiquement erronée, le photographe se doit d’intervenir à postériori avec un logiciel. Mais avant d’expliquer cela de façon simple, commençons par une histoire courte de la retouche photo, sans aller jusqu’à parler de trucage des clichés, car ce n’est un autre sujet.

 

Au commencement de l’histoire de la photographie, il y a le chimiste à la recherche du moyen de fixer une image sur un support. Ça peut paraître étrange, mais la manipulation de l’image « réelle » commence ainsi : en changeant la chimie, on modifie l’image et changer de référence de pellicule (support chimique par excellence) consiste en réalité à choisir de quelle façon on souhaite modifier l’image. Pour illustrer ce propos de façon radicale, rappelons-nous que le monde n’est pas en noir et blanc.

 

La suite du processus ne rend pas plus hommage à ce qui nous semble être la réalité du monde qui nous entoure (sujet oh combien intéressant). Après la prise de vue vient le moment du tirage, c’est-à-dire le transfert de l’image sur un support en grand format. Le type de papier choisi pour cela peut tout changer, ainsi que l’agrandisseur qui va projeter l’image sur le papier ou encore la durée de cette projection. De la même manière, deux imprimantes couleur sortiront deux versions différentes de la même image. Bref, le processus entier depuis la prise de vue jusqu’à la fixation sur un support relève totalement de la retouche d’image.

 

Revenons-en à la photographie moderne. Légitimement, le public peut se demander pourquoi un photographe s’appuyant sur des appareils de pointe hyper performants ne pourrait pas obtenir une photo immédiatement utilisable. La réponse est technique, mais plutôt simple : un capteur d’appareil photo numérique n’est pas un œil humain, ce n’est finalement qu’une plaque de pixels captant la lumière et ses couleurs, et puisque ce n’est que ça, ce qui « fait » l’image se trouve ailleurs dans l’appareil. Ce sont les puces électroniques du boîtier qui vont « interpréter » ce que le capteur a enregistré pour générer une image de prévisualisation. Elle servira au photographe à se rendre compte à la volée de ce à quoi sa photo pourrait ressembler. C’est la fameuse image JPEG.

 

Cette image JPEG n’est donc qu’une indication et elle n’est en aucun cas une image exploitable, car elle est fortement compressée et elle n’affiche finalement qu’une partie de l’information lumineuse qu’a réellement captée l’appareil.

 

Pour extraire les informations complémentaires captées par l’appareil, il faut ouvrir un plus gros fichier beaucoup plus volumineux appelé « RAW » et qui contient, lui, l’ensemble de l’image. Mais ce fichier n’est pas exploitable en l’état, car un capteur ne fonctionne pas comme un œil humain et ne « voit » pas la même chose que ce dernier (voire l’illustration à la fin de l’article). Le photographe doit donc systématiquement passer par une étape de « développement » de ce fichier RAW pour adapter son contenu à la vision humaine. Ainsi l’utilisation d’un logiciel est indispensable et c’est avec ce logiciel que l’image est retouchée pour adapter un certain nombre de paramètres de façon à rendre l’image utilisable. Ces éléments sont le plus souvent la luminosité, le contraste, la teinte et la balance des blancs. Bien entendu, d’autres éléments peuvent être modifiés et la photo peut même être totalement transformée, mais on parlera alors de trucage photographique.

Voilà, vous savez maintenant pourquoi il est indispensable de retoucher une photographie professionnelle avant de la livrer à son client.

Aucun texte alternatif pour cette image

Illustration : la photo présentée à gauche est le fichier RAW sans traitement tel que capté par l’appareil photo, un Nikon D850, avant que ce dernier ne créée sa propre interprétation en JPEG. L’image apparait essentiellement grise comme sur tous les fichiers RAW. A droite se trouve la même photo obtenue après un travail de retouche avec le logiciel Capture One. La couleur verte est normale (et donc naturelle) puisque la poudre est en réalité du thé matcha. Aucun ajout ou suppression de quoi que ce soit n’a été fait sur cette image.