a

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget.

242 Wythe Ave #4, Brooklyn, NY 11249
1-090-1197-9528
office@ourbusiness.com

Pixel & Béchamel

Cuisson des pâtes : la règle du 1000 100 10

Cuisson des pâtes : la règle du 1000/100/10

 

comment bien cuire ses pâtes

 

Les pâtes c’est toute une histoire. Une histoire commencée il y a peut-être trois mille ans du côté de la Chine et qui, selon une légende probablement créée de toutes pièces par un industriel américain dans les années 20, se serait poursuivie en Italie au retour de Marco Polo en 1295. Et ce n’est pas tout puisque de nouvelles données archéologiques laissent penser que la Mésopotamie pourrait également revendiquer la paternité de cet aliment. Autant dire que l’accumulation de spéculations et de légendes, combinées aux égos culturels régionaux ne facilite pas la tâche des chercheurs passionnés par ce sujet sensible, certains le qualifiant même de primordial.

 

Non contentes de défier les historiens, les pâtes se jouent aussi des cuisiniers professionnels, des passionnés des fourneaux et des étudiants. En effet, au-delà de leurs origines, les pâtes posent une question primordiale que, si l’on voulait être un tant soit peu sérieux, nous pourrions formuler ainsi : « Et comment je les cuis moi mes pâtes ? ».

 

Attention, sujet délicat. Au même titre que l’on ne met pas de crème dans les tagliatelles alla carbonara, on ne cuit pas les pâtes comme des sagouins en les jetant gaiement dans l’eau bouillante. Ou plutôt si, on doit les jeter gaiement dans l’eau bouillante, mais pas sans avoir préalablement réveillé nos esprits scientifiques avec l’équation suivante :

 

CP =  { (1000 x Eg) + (100 x Pg) + (10 x Sg) } / TM

 

À la lecture de cette équation, un individu normal devrait s’extasier devant la beauté de la science quand cette dernière nous guide vers la compréhension du bon. Et puisque tout le monde est parfaitement à l’aise avec les équations absurdes, nous nous attendons à ce que chacun ait compris que le succès de la cuisson des pâtes (CP) réside dans un équilibre universel intangible suivant les variables connues suivantes :

Eg = 1 gramme d’eau

Pg = 1 gramme de pâtes

Sg = 1 gramme de sel

TM = musique

 

Ainsi vous l’aurez compris, pour cuire 100 grammes de pâtes, il faut 1000 grammes d’eau (soit 1 litre) et 10 grammes de sel. Le mythique paquet de 500 grammes nécessitera donc une grande casserole pouvant accueillir 5 litres d’eau et 50 grammes de sel.

 

Quel est l’intérêt de connaître cette règle alors que depuis nos années d’étudiants la cuisson s’effectuait en retournant un paquet plein au-dessus d’une casserole bouillante puis à transvaser le tout dans une passoire à la fin de « Stairway to Heaven » pour une version al dente, de « Station to Station » pour la version fondante ou de « Telegraph Road» pour la version ratée qu’on mangera avec un supplément fromage ? Et bien c’est très simple, il s’agit de prendre plus de plaisir avec ce plat si simple et réconfortant.

 

Revenons-en aux composantes de la cuisson réussie.

 

L’eau.

Pourquoi 1 litre d’eau pour 100 grammes de pâtes ? Pour que chaque pâte puisse s’épanouir pleinement dans sa dernière piscine sans être collée à ses voisines. Une pâte heureuse est une pâte libre et 100 grammes de pâtes le seront plus dans 1 litre d’eau que dans moins. Pour autant, plus d’eau serait contre-productif, comme démontré dans le chapitre ci-après intitulé « le sel ».

 

Le sel.

Les 10 grammes de sel mentionnés plus haut sont liés au volume d’eau. C’est le bon dosage pour obtenir 1 litre d’eau salée juste comme il faut sans qu’il soit nécessaire d’en ajouter une fois le plat servi.

 

La musique.

Le temps de cuisson est primordial et il y a fort à parier que François-Régis Gaudry a déjà publié une liste de titres dont les durées sont spécialement adaptées aux différents types pâtes, aux différentes marques, voire aux différents types de feux. Quant au style musical, aucune étude sérieuse ne prétend que le classique soit plus adapté que le trash métal, mais qui sait… il arrive que la science se trompe.

Nous voici maintenant rendus à la fin de notre odyssée de la connaissance. Il ne nous reste plus qu’à vous conseiller de choisir quelques herbes fraîches, une huile d’olive subtile et des ingrédients complémentaires provenant de producteurs proches de chez vous pour que vos pâtes parfaitement cuites et idéalement salées puissent vous rendre aussi heureux qu’il soit possible de l’être avant de s’installer devant Top Chef.

 

Bon appétit et vive la science !